Archives de catégorie : Compte-rendu

Compte-rendu de la première journée d’études

INTRODUCTION

            L’idée nous réunir sur la question philogyne est issue des discussions que nous avons eues toutes les deux (Adrienne et moi) et rassemble de ce fait deux domaines qui partagent de nombreux objets et intérêts : la littérature française et plus particulièrement l’étude de la rhétorique et de la stylistique et la littérature comparée.

            La thématique retenue, la « philogynie », s’inscrit bien sûr dans un contexte particulièrement attentif, et depuis longtemps maintenant, à la représentation des personnages féminins dans la littérature, la présence des auteurs femmes, la nécessité d’intégrer à la recherche un questionnement sur le genre. La question est d’ailleurs bien présente dans notre département : dès les années 80 un groupe de recherche (composé de Luce Guillerm, Jean-Pierre Guillerm, Laurence Hordoir et Marie-Françoise Piéjus) avait fait paraître plusieurs volumes, dont une anthologie, sur la représentation des femmes dans la littérature à la Renaissance, puis plus récemment avec les travaux de Martine Reid et de Florence de Chalonge qui ont récemment fait paraître Femmes et littérature. Une histoire culturelle (Gallimard, 2020) et dont on peut annoncer la journée d’étude consacrée à Marguerite Duras en juin.

            Tout en nous inscrivant dans une bibliographie déjà longue, que l’on se réfère aux travaux pionniers d’Éliane Viennot, de Caroline Trotot qui coordonne le projet « Cité des Dames » ou encore de Renée-Claude Breitenstein sur les éloges collectifs de femmes, notre angle d’analyse est un peu différent puisqu’il entend aborder ses textes par le prisme du discours polémique, en nous intéressant plus particulièrement à la philogynie comme contre-discours, c’est-à-dire comme réponse à la misogynie.

  1. Au-delà de la misogynie

            Nous aurions pu ainsi évoquer la question, peut-être plus évidente, de la « misogynie polémique ». La thématique est bien étudiée et aboutit en général à des listes prescriptives d’auteurs « misogynes » ou d’interrogations du style « Rabelais est-il misogyne ? ». La question n’est en fait peut-être pas si bien posée car elle est toujours corrélée à une forme d’appréciation très discutable de ladite « misogynie de l’époque ». En quelque sorte, ce n’est pas si grave si Rabelais est misogyne parce que le XVIème tout entier est misogyne.

            Notre fréquentation des textes anciens nous interdit de tels raccourcis. Les bases de l’analyse du discours aussi : les arguments misogynes sont en fait inscrits dans des processus rhétoriques de réponses entre différents partis et s’il était si évident et massivement partagé, sans contestation, sans résistance, que les arguments misogynes l’emportent, ils n’auraient pas à être aussi largement formulés. Leur répétition, l’obsession de la violence des propos anti-femme, doit au contraire être lue comme le signe d’une résistance, même moins audible, à cette évidence, qui n’est, en fait, pas partagée par tous. Il s’agit ainsi de mettre en évidence l’existence d’un dialogue dans lequel les participants n’ont pas le même accès à l’édition et à la diffusion, mais qui se déploie bien grâce à un principe d’opposition. Étudier la misogynie, même en l’identifiant comme telle, revient, de plus, à donner plus de poids encore à ces textes qui bénéficiaient déjà d’une position dominante au moment de leur parution. Il nous est apparu important de mettre en valeur les arguments contraires, c’est-à-dire, ceux qui répondent aux textes misogynes ou qui produisent de nouveaux arguments et suivent des pistes différentes.

            L’idée était donc de placer ces textes dans un environnement discursif c’est pourquoi nous vous avons demandé de constituer des groupements. Vous vous êtes généreusement pliés à cette exigence nécessaire à notre objectif premier. Le résultat est déjà enthousiasmant. La diversité des groupements proposés, dont certains thèmes se recoupent, fait état d’une circulation trans-générique, translinguistique et trans-séculaire, qui, sans être totalement inattendue, est déjà la preuve de la légitimité de notre questionnement de départ. L’anthologie de Renée-Claude Breitenstein (Eloges collectifs de femmes à la Renaissance française) rassemble plusieurs extraits de textes repris ici mais il n’est pas exhaustif et n’en a pas la prétention. Si les noms de Poulain de la Barre ou Gournay sont connus, d’autres auteurs, moins étudiés dans cette perspective, se révèlent plus loquaces que prévu sur la place des femmes dans la société, leur représentation dans la fiction ou leur supposée spécificité générique.

            La philogynie, comme la misogynie, n’est pas uniforme, notre idée n’est pas de réécrire la « querelle des femmes » mais de voir de quelle manière un discours moins misogyne est possible et sur quels fondements argumentatifs il repose, ce qu’il entraîne aussi.

Nous avons ainsi tenté des regroupements de regroupements. L’objectif premier est de proposer une recherche participative fondée sur des échanges élaborés pendant les journées d’études. Les deux dates retenues (le 3 février et le 26 mai) n’impliquent ni progression chronologique ni progression philogynique : comme on le rappellera plus tard, nous observons avec une certaine méfiance la lecture téléologique des questions philogynes car si le statut social des femmes s’est, de fait amélioré, le discours sur leur rôle et leur place n’obéit pas à une sorte de « progrès continu » qui ferait du XXIème siècle l’aboutissement éclairé de périodes de moins en moins obscures.

            Il nous a semblé que se dessinaient plusieurs ensembles : le premier groupement traite de façon large des représentations des personnages féminins dans la fiction narrative, des liens qui unissent ces représentations avec des faits avérés ou décrits comme tels. A la suite, et cela implique un retour au XVIème siècle, nous avons regroupé les œuvres rapidement identifiables comme « humanistes » pour terminer par la présence des arguments philogynes dans les sermons et les conversations. La circulation des arguments dépasse bien entendu ces regroupements en partie artificiels.

  • l’inscription polémique

            La « philogynie », entendue comme l’amour des femmes, nous est apparue comme plus appropriée à la fois comme terme et objet de recherche que le « féminisme », non pas parce que celui-ci n’aurait pas droit de cité avant la révolution française mais :

– parce que la philogynie, entendu au sens littéral « d’amour des femmes », est plus englobante pour les siècles anciens que le féminisme, qui a trait à la question de l’égalité des sexes. La question de l’égalité des femmes et des hommes n’étant en effet que l’un des aspects, parmi bien d’autres, de l’apologie et défense des femmes, beaucoup de textes philogynes ne sont pas, au sens actuel du terme, des textes féministes[1].

– parce que bien que rare, le terme philogynie est attesté dans certains textes de l’époque (mais pas dans les dictionnaires) avec l’autre composé savant « gynophilie » comme nous le montrera, Lise Wajeman, dont les textes sont déjà mis en ligne sur le carnet hypothèses.

– parce qu’enfin, moins connu que son antonyme « misogynie » et se donnant à lire comme son envers, le terme « philogynie » se définit par son caractère polémique.

            Les textes philogynes se donnent, en effet, souvent à lire comme des textes contradictoires (au sens où ils apportent une contradiction), apparus dans un contexte de misogynie institutionnelle et culturelle majoritaire. Le prisme rhétorique, dénoncé par E. Viennot comme une manière de minimiser la violence réelle des textes misogynes en les présentant comme de simples jeux verbaux ou bouffonneries, se veut le moyen de leur rendre une pleine intelligibilité en s’attachant à la fois à leur appartenance historique et formelle. Les textes philo et miso –gynes sont, en effet, pris dans un « engrenage polémique », selon l’expression forgée par Christian Jouhaud pour décrire le fonctionnement en faisceaux des libelles. La cité des dames de Christine de Pizan est notoirement connu pour être une réponse à la deuxième partie du Roman de la Rose de Jean de Meung et aux Femmes illustres de Boccace, auquel Laura Cereta répond elle aussi, comme le montrera Séverine. Cette dimension polémique joue à plusieurs échelles, des ouvrages qui se suivent et se répondent les uns les autres, comme on le verra dans les corpus constitués par Frank et Thibaut, à ceux qui adoptent la forme du débat contradictoire qu’ils relèvent du genre de la controverse ou déclamation, dont Blandine nous dira peut-être quelques mots, ou que le débat soit mis en scène au sein de la fiction narrative, dont Enrica nous parlera, où les deux points de vue sont incarnés par des personnages différents et défendus alternativement, sans que l’on sache, parfois, lequel des deux l’emporte sur l’autre. Arguments philogynes et misogynes se côtoient par ailleurs fréquemment (en dehors des discours pro et contra) dans les textes qui rappellent les thèses adverses pour mieux les réfuter ou qui adoptent un positionnement duplice en feignant de défendre la cause des femmes pour mieux les minorer. Comme l’a montré Tatiana Clavier, dans plusieurs travaux récents, les auteurs misogynes avancent souvent masqués voire dissimulés : « L’argumentaire philogyne et féministe martelé depuis la fin du xive siècle s’invite jusque dans les textes des plus ardents partisans de l’ordre du genre — qu’il s’agisse d’un traducteur désignant l’auteur qu’il traduit comme allant trop loin, ou d’un auteur déniant les implications idéologiques de son texte[2]. »

            Par-delà le débat contradictoire avec la misogynie, il s’agit aussi de se plonger dans la diversité des textes pro-femmes qui s’inscrivent dans des genres et types de discours très divers (juridique, religieux, médical, philosophique ou littéraire …), comme le genre de la conversation pour les textes que nous propose Hina ou encore le type de discours religieux pour les textes de Sophie et d’Émilie. D’où l’intérêt d’une approche sérielle des textes et de leur mise en faisceaux.

  • Refus d’une orientation téléologique, réflexion sur le canon littéraire

            Notre refus d’une lecture téléologique nous impose en définitive une réflexion sur le canon littéraire et sur ce qui est étudié à l’université et cela a été une de nos motivations premières. Ce type de recherche, bien développé aujourd’hui, s’interroge en fait sur ce que nos études disent de notre époque et la mise en évidence des textes philogynes participe à une redéfinition du canon littéraire des XVIème et XVIIème siècles.

            Les auteurs retenus aujourd’hui sont, en général (et ce n’est pas vrai pour tous) moins connus que d’autres contemporains et il est important de s’interroger sur les raisons de cette présence moindre. Les auteurs rassemblés ont accès au monde de l’édition, leur statut social leur permet bien souvent de côtoyer les puissants qui leur prêtent parfois une oreille attentive. Les reines européennes ont ainsi joué un rôle important dans la production (sous forme de commande ou de mécénat), l’impression ou la diffusion des textes. Il faut ainsi revenir sur le concept même de marginalité : les femmes, qui forment la moitié d’une population ne sont ni numériquement minoritaires ni marginales. De même, elles ne forment pas un « groupe » uni. Les variations des discours philogynes sont aussi liées à cette évidence : les princesses n’accèdent ni au même traitement ni à la même éducation que les bourgeoises ou les femmes du peuple. L’attention que nous portons à ces textes ne repose donc pas, d’abord, sur le genre de leur auteur mais sur l’acceptation ou non (et dans quelle mesure) par les auteurs d’arguments philogynes. Si cela se traduit pour certains par l’affirmation de la supériorité des femmes, pour d’autres il s’agit plutôt de s’interroger sur les a priori de la différentiation générique et l’assignation des femmes à certaines tâches. L’éducation des filles, la possibilité de légitimer leur participation aux débats intellectuels de leur temps, à la politique sont autant de sujets qui motivent les arguments philogynes et qui n’aboutissent pas tous à la proclamation d’une stricte égalité des sexes, qu’il s’agisse de textes écrits par des femmes ou par des hommes.

            C’est finalement la question, héritée des études décoloniales qui peut le mieux exprimer ce qui fait que nous ressentons certains textes comme philogynes : l’idée que les femmes sont des sujets autonomes et non des objets de représentation, qu’elles lisent, pensent et ressentent sans médiation et que les limites que leur impose la société sont bien consciemment ressenties comme telles par elles-mêmes, que ces limites soient acceptées, combattues ou nuancées.

Suite du compte-rendu


[1] Sur la distinction des termes de philogynie et féminisme, voir E. Viennot, « Une période favorable à l’expression des femmes », Femmes et littérature, une histoire culturelle I, Paris, Gallimard, 2020 : « J’appelle féministes et masculinistes, les personnes favorables ou défavorables à l’égalité des sexes, philogynes et misogynes les personnes qui éprouvent de l’amour ou de l’aversion pour les femmes. Les notions se recouvrent souvent par deux (féminisme et philogynie, masculinisme et misogynie) mais pas nécessairement. Elles n’entretiennent pas non plus un rapport simple au différentialisme (le fait de penser que les hommes et les femmes sont différents), qui ne s’oppose pas à l’égalitarisme mais à l’indifférentialisme. Jusqu’à la fin du XIXe siècle (et encore bien souvent de nos jours), les féministes sont à la fois égalitaristes et différentialistes. »

[2] Tatiana Clavier, « Modalités de diffusion et rhétoriques des discours misogynes et misogames imprimés à la Renaissance », GLAD! [En ligne], 04 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/934 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.934