Compte-rendu de la JE du 15 mars

Philogynie polémique

Compte-rendu de la journée du 15 mars 2024

Le but de cette réunion était de nous mettre d’accord sur la composition de l’ouvrage collectif et sur la série d’éditions critiques qui sera hébergée par les Presses du Septentrion.

I. Composition de l’ouvrage collectif

Pour composer l’ouvrage collectif, on ne peut pas évacuer les thématiques. La difficulté est de proposer à la fois une disposition logique des articles et de mettre en évidence des recoupements thématiques et des échos entre les différentes contributions. L’introduction est à la charge d’Adrienne et Emilie, ce travail préparatoire est très précieux aussi dans cette perspective.

Afin de faciliter nos discussions, un tableau synthétique est proposé. Il met en évidence des thématiques récurrentes ou communes (ou « tags ») à plusieurs contributions. Les auteurs de l’ouvrage sont appelés à se reporter au tableau pour le corriger ou pour mettre en valeur, grâce à une légère réécriture, les liens et échos entre leurs contributions et celles des autres.

AuteurtitrePériode, genre et langueLiens avec d’autres articles citésThématiques principalesAnnexes / remarques
Enrica Zanin Philogynie et misogyne dans les nouvelles. Le cas du Novelliere de Sercambe  15e, nouvelles, récits, italienAdrienne et Michèle  (Décaméron)-Réception féminine / réception genrée -Histoire du livre -Philogynie déclarée et misogynie latente : ambivalence axiologique -viol  Annexes nécessaires (images)
Frank GreinerLes amours violentes de la belle du Luc16e (fin) 17e, récits et discours, françaisIrène Salas-histoire judiciaire et culturelle -points de vue -ventriloquie ? / justice contradictoire – misogynie  (médisance) : – ambivalence axiologique – relation amoureuse – éloge paradoxal – fictionnalisation (utopie) – fonction pragmatique des textes  Annexes nécessaires (textes) > à réintégrer 
Adrienne Petit et Michèle RoselliniLe Banquet des chambrières fait aux étuves et L’École des filles16e et 17e, Dialogues, FrançaisEnrica Zanin (Décaméron) Et Irène Salas (libertinage)– Réception genrée -sexualité féminine -misogynie : ambivalence axiologique -émancipation -ventriloquie : assemblée féminine -rire/ facétie -éducation -stratégie rhétorique -viol -solidarité / résistance / sororité  Pas d’annexe prévue
Blandine Perona« À vous l’autorité, à nous l’esprit » Réponses féminines à l’accusation d’arrogance (de Christine de Pisan à Marie de Gournay)16e, traités, françaisSéverine Tarantino (Julie Pilorget)-parole publique féminine -querelle des femmes -domination -arrogance -émancipation -dénonciation -humanisme et féminisme -égalité -stratégie rhétorique -solidarité féminine / sororité (Décaméron / Laura Cereta…)  Pas d’annexes prévues
Emilie PicherotGuillaume Postel et Henri Cornelius Agrippa : deux discours philogynes16e, traités, français, latin, italienSophie Hache (modèle mariale et exceptionnalité) et Michèle et Adrienne-sexualité féminine -domination -humanisme et féminisme -religion (Marie) -égalité -sexualité/genre -stratégie rhétoriquePas d’annexe prévue
Sophie HacheL’oraison funèbre de Julie d’Angennes par Fléchier : hommage à une précieuse17e, discours (oraison), françaisHina Ghulam-mondanité -parole publique féminine -vertu féminine -femme forte / exceptionnalité – ambivalence axiologique -sources antiques -solidarité féminine / sororité (précieuses) -religion (Marie)Pas d’annexe prévue
Lise WajemanLise Wajeman. Peut-on s’appeler Philogyne et ne pas l’être ?  16e, 17e,  traités, récits, théâtre, français, anglais, italienEnrica Zanin-humanisme et féminisme -étude des termes/étymologie – ambivalence axiologique -philogynie et discours amoureux -misogynie -viol -éducation des femmes (Décaméron)  Pas d’annexe prévue
Joséphine RavixGiovanni Antonio Tagliente, en faveur d’un savoir féminin ?16e, traités, italienLaura Cereta, Séverine Tarantino Agrippa, Emilie Picherot-histoire du livre -querelle des femmes -éducation -histoire du livre / imprimerie -humanisme et féminisme -classes sociales -émancipation -sources antiques -relations amoureuses -ventriloquie -point de vue -stratégie rhétorique -sexualité (Décaméron)Annexes à prévoir (images)
Irène SalasL’émancipation intellectuelle et sexuelle des femmes à la fin du XVIe siècle, Artus Thomas et Jean Pallet : deux polémistes philogynes ?16e, traités, françaisFrank Greiner Michèle et Adrienne– émancipation -querelle des femmes -éducation -médisance misogyne -humanisme et féminisme – stratégie rhétorique -religion -sources antiques -exceptionnalité -discours amoureux -libertinageImages dans le texte
Hina GhulamPour une redistribution des cartes de la féminité dans les Conversations de M. de Scudéry17e, conversation, françaisSophie Hache  -vertu féminine : la douceur, la magnanimité – stratégie rhétorique – ambivalence axiologique – émancipation -égalité    Annexes prévues (texte)
Séverine Clément TarantinoLes femmes instruites ne sont pas exceptionnelles : la lettre de Laura Cereta contre « Bibolo » Semproni15e, lettres, latinBlandine Perona, Joséphine Ravix-exceptionnalité -humanisme et féminisme -classes sociales -sources antiques – stratégie rhétorique -querelle des femmes -Boccace -éducation – émancipation      Pas d’annexes prévues

Plusieurs regroupements thématiques peuvent être mis en évidence à la lecture du tableau :

Groupement 1

humanisme et féminisme (principe de l’égalité)

JR, EP, BP, ST

ambivalence axiologique

LW, AP, EZ, FG

solidarité féminine / sororité / éducation

SH, IS, HG, BP, ST,

Groupement 2

stratégie rhétorique

émancipation

sororité

Groupement 3

Ventriloquie et ambivalence axiologique

EZ, FG, LW, SH

Education des femmes

JR, AP, IS

La femme est un homme comme les autres

EP, BP, HG, ST

La lecture du tableau montre que la majorité des contributions ne prévoit pas d’inclure des annexes. Afin d’harmoniser le tout, il faudrait que Frank Greiner et Hina Ghulam intègrent leurs annexes à l’intérieur de leur article sous forme d’exemples.

Hina Ghulam répond que c’est possible pour elle.

Lise Wajeman fait remarquer que les articles seront principalement consultés en ligne il faut donc exclure la présence d’annexe qui nuit à cette lecture.

Joséphine Ravix demande si ses annexes prévues iconographiques peuvent être incluses.

Emilie Picherot répond qu’il faudra demander à l’éditeur visé et faire en fonction des normes de la revue qui retiendra le dossier.

Lise Wajeman et Sophie Hache évoquent le problème des droits liés aux illustrations.

Adrienne Petit remarque que la question des images pour les articles d’Irène Salas, de Joséphine Ravix et d’Enrica Zanin.

Adrienne Petit propose de former, à la lecture du tableau, trois ou quatre ensembles thématiques qui se dégagent nettement.

  • La réversibilité de la philogynie liée à la question de la réception ou de la lecture

LW, EZ, APMR, EP

L’article prévu par Enrica Zanin qui a envoyé une description précise de ce sur quoi elle est en train de travailler, porte sur un recueil de nouvelles dans lequel certaines lettrines indiquent que certaines nouvelles ne peuvent être lues par des femmes. Il s’agit d’une réception censurée du texte par des notations manuscrites non finalisées. Cela pose la question de l’interprétation en lien avec la lecture du Décaméron. Enrica Zanin propose ainsi une réflexion sur la réception d’un texte qui engage la représentation des femmes. Les nouvelles censurées mettent en scène des infidélités féminines.

L’article commun d’Adrienne Petit et de Michèle Rosellini propose de lire un texte comme philogyne alors qu’il a été lu comme texte misogyne au 19e siècle. Peut-on parler ainsi d’indices de philogynie ? Et à quelle condition on peut faire une lecture philogyne qui ne soit pas un contre-sens ?

  • Médisance et publication

Les articles concernés reposent sur une affirmation de la parole féminine dans l’espace publique.

FG, IS, ST (question de la parole des femmes dans l’espace public), BP (parole publique des femmes)

  • Question morale et éducation

JR, HG (vertus féminines par une moraliste), SH (sociabilité féminine)

L’article d’Emilie Picherot présente une philogynie polémique qui désamorce des arguments misogynes. Il s’agit d’un discours philogyne contre la misogynie. Pour Guillaume Postel, il s’agit d’une philogynie entièrement détachée de la misogynie.

Lise Wajeman demande si le groupement thématique est pertinent, surtout si on pense à une lecture en ligne. L’intérêt de cette présentation est lié à la rédaction de l’introduction.

Sophie Hache poursuit en disant qu’une présentation chronologique est tout à fait acceptable si l’introduction fait son travail.

La présentation des articles s’organisait autour de trois axes :

– dégager des problématiques générales

– identifier de quelle “philogynie” il est question 

– présenter le rapport entre misogynie et philogynie tel qu’il se dégage dans l’article.

Joséphine Ravix présente l’article de L. Wajeman.

L’article de Lise Wajeman développe une problématique propre en étudiant ce qui se cache derrière les occurrences du mot « philogyne ». Le terme est-il en accord avec le sens qu’il programme ? Le terme philogyne et ses dérivés sont d’ailleurs souvent employés comme noms propres.

Se dégage un rapport entre miso et philogynie. La typologie sémantique onomastique propose un parcours en trois temps et met en des usages qui témoignent d’une non correspondance graduelle entre le mot et le personnage :

  • Le terme sert à valoriser les hommes ce qui représente un premier mécanisme d’inversion et développe en fait un éloge des hommes
  • Le terme « Gynophilie » supporte un propos misogyne, il s’agit de textes qui se présentent comme philogynes mais qui procèdent en fait à une condamnation des femmes
  • Le terme renvoie à un renversement complet, les auteurs l’utilisent à dessein pour désigner le contraire

La conclusion principale porte ainsi sur la définition de la philogynie telle que décrite dans ces exemples. Le nom propre « Philogyne » ne mène jamais à la louange des femmes. On pourrait parler de fausse philogynie et d’une certaine duplicité à l’œuvre. Barnes et Bandello dénoncent les faux semblants de la lecture misogyne mais il faut aborder ces textes avec prudence et, pour le cas de Barnes, il s’agit d’une hypothèse de lecture.

Lise Wajeman précise qu’il s’agit d’un recueil poétique qui s’adresse à une femme aimée et qui met en scène, dans le dernier poème, un viol de vengeance. Il est possible de mener une lecture qui montre que tout est de l’ordre de la convention poétique, le poème est de fait extrêmement choquant.

Joséphine Ravix affirme qu’il y a bien des perspectives philogynes mais qu’il s’agit d’une hypothèse de travail. Bandello donne la parole aux femmes, toutes les femmes ne sont pas des Pandore. Le seul à retenir vraiment dans cette perspective serait donc Bandello mais Barnes aussi peut-être puisqu’il dénonce la rhétorique amoureuse.

Adrienne Petit fait la distinction entre l’amour des femmes (pétrarquisme, platonisme) qui repose sur une femme idéalisée et la philogynie polémique entendue dans un sens de défense des femmes.

Joséphine Ravix poursuit en proposant qu’un appel à la méfiance destiné aux femmes sous la forme d’une mise en garde, n’est pas une vraie philogynie il s’agit de stratégie rhétorique.

Il s’agit bien d’un regard masculin sur les femmes, d’un homme qui parle des femmes. Bandello donne la parole à une femme et procède à une instrumentalisation du terme philogynie. On peut parler de réorientation ou de relecture d’un discours sur les femmes par les hommes.

Lise Wajeman est d’accord avec la distinction nécessaire entre philogynie polémique et pétrarquisme.

Adrienne Petit remarque que dans le recueil de Barnes, on peut relire tous les exemples dans une perspective de remise en cause de la tradition pétrarquisante. Qu’il s’agisse de pastorale, de roman de chevalerie ou d’amour courtois, à chaque fois, on note un positionnement inverse par rapport au genre du texte et à la représentation de la femme qui lui est associée. L’histoire tragique est plutôt misogyne (il montre des femmes criminelles) or Bandello prend soin de se distancer d’un discours misogyne. A chaque fois, il faut regarder le positionnement par rapport à la représentation des femmes dans un genre donné. Dans un genre prédisposé à une représentation plutôt positive,  la représentation sera négative et inversement pour les histoires tragiques.

Lise Wajeman affirme qu’il manque le théâtre dans son article et qu’elle va réfléchir à la façon dont on peut en parler.

Hina Ghulam présente l’article de Sophie Hache

Elle note qu’au début on pourrait se dire que Fléchier va suivre le schéma habituel de l’oraison funèbre, la femme doit devenir un modèle de vertu qu’on doit suivre. On s’attend donc à la glorification des femmes modèles. Fléchier, avec quelques passages de son oraison funèbre, donne une autre position à la femme. Sur la question des vertus de la femme, il faut se référer au travail de Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture sous l’ancien régime qui montre que les religieux vont investir les milieux mondains pour diffuser les valeurs chrétiennes. L’article se concentre ainsi sur la question de l’attribution des qualités et de la place qu’il accorde aux femmes dans l’espace social ce qui permet de nuancer le caractère philogyne de Fléchier. Il est intéressant de se poser la question de l’amitié et des relations que les auteurs ont avec les femmes, car cela oriente leur vision.

Hina Ghulam dégage les thématiques suivantes de l’article de Sophie Hache :

  • Les qualités attribuées aux femmes
  • Les relations d’amitié entre les deux sexes

Sophie Hache précise que la notion d’espace public est elle aussi très intéressante.

Hina Ghulam demande pourquoi cette oraison a connu une publication séparée ?

Sophie Hache répond que d’autres oraisons ont connu une publication séparée, mais il faut rappeler qu’une oraison funèbre ce n’est pas exactement comme une messe, c’est un hommage. Elle peut être prononcée le jour de l’enterrement mais pas obligatoirement. Elle n’a pas le même rôle social.

Adrienne Petit demande quel est le rôle social de l’oraison funèbre.

Sophie Hache répond qu’on remarque un changement à la génération de Louis XIV, les oraisons se christianisent à ce moment-là, et on y trouve davantage une perspective religieuse ce qui n’était pas le cas avant. Certains personnages, les convertis par exemple, rendent l’oraison compliquée car il faut lisser les portraits et se livrer à de grands passages historiques. La christianisation a lieu avec la génération Bossuet et Fléchier. Dès lors, on ne parle pas du tout du défunt, on procède à un rappel de la famille, de quelques actions, des vertus (humble, charitable) ; il n’y a pas d’enjeu théologique. L’assistance regroupe toujours des commanditaires, les oraisons sont payées. Cynthia Méli a beaucoup travaillé sur les manuscrits de Bossuet. Tous ses grands sermons publics sont financés. Dans ce cas précis, c’est la famille (Julie, ses deux sœurs) et des congrégations peuvent aussi contribuer.

Adrienne Petit précise qu’il est intéressant de creuser le lien entre les « Précieuses » et la « Fronde ».

Sophie Hache répond que Fléchier a écrit les Mémoires sur les grands jours d’Auvergne, texte qui a été très tardivement publié mais qui a beaucoup circulé avant. Il dresse des portraits et se moque des précieuses d’Auvergne, en partant d’un présupposé : tout ce monde fait partie des Frondeurs.

Adrienne Petit demande si on peut postuler une explication sociale à ce présupposé.

Sophie Hache répond que dans ce texte, ce qu’il faut remettre dans le droit chemin, c’est la petite bourgeoisie qui n’a pas soutenu le roi. Il est ainsi question de la sociabilité de la petite noblesse.

Adrienne Petit rappelle qu’il y a aussi de grandes frondeuses, et qu’on trouve souvent une dénonciation du rôle des femmes pendant la Fronde ; leur participation est instrumentalisée par les partis. Il s’agit d’une représentation en partie fondée historiquement mais elle sert aussi à délégitimer les partis qu’elle présente.

Sophie Hache précise que tout cela participe à un travail de sape d’une société provinciale considérée comme non fiable. A Paris, Fléchier fréquente deux salons celui de Conrard et celui de Chapelain et la famille de Julie.

Adrienne Petit demande si, au-delà du rapport d’amitié il y aurait aussi un rapport de clientèle ?

Sophie Hache répond qu’a priori non, en tout cas pas à l’époque où il parle, mais il est peut-être redevable. A priori, il n’est pas financé par la famille mais la question mérite d’être approfondie. Il garde par ailleurs des liens avec Julie alors que le salon n’est plus un grand salon, c’est devenu un lieu très annexe.

Lise Wajeman propose de mettre en évidence l’importance du lien d’amitié qui permet de basculer de la généralité à la singularité.

Sophie Hache répond que Fléchier, qui évolue toujours dans un milieu masculin, rencontre des femmes. Il fait aussi des sermons sur la vierge et on ne note pas un seul propos misogyne. Les discours qui portent sur la vierge Marie, sont toujours un peu semblables et mettent en avant l’incarnation du Christ en s’adressant à tous les chrétiens. Dans des discours sur les femmes, la Vierge Marie est prise comme modèle. C’est sujet secondaire et non polémique.

Lise Wajeman commente l’article de Joséphine Ravix en rappelant qu’il présente une biographie de Tagliente et manifeste une inclination philogyne. Il met en avant son lectorat fait de femmes de la bourgeoisie et semble promouvoir l’écriture et la lecture pour toutes les couches sociales. L’œuvre étudiée est constituée de trois livres :

  • Un répertoire de calligraphies destiné à un public féminin. Il s’agit de modèles de broderie qui peuvent constituer une source d’apprentissage dans une alternative féminine (illustrations nécessaires)
  • Un recueil de 1527
  • Un recueil de lettres échangées par des amants, dans lesquelles on trouve des argumentaires misogynes mis à mal par des femmes maîtresses d’elles-mêmes

On peut dire qu’il s’agit d’une philogynie de circonstance car elle est liée à intérêt commercial qui repose sur un lectorat émergeant. On peut aussi repérer une philogynie de conviction principalement dans les lettres qui mettent en scène des femmes qui remettent en cause des sujets misogynes.

Les « tags » suivants pourraient être choisis pour cet article : dénonciation d’une rhétorique trompeuse / exemplarité des textes / personnages qui vont au-delà de la perspective exemplaire.

Les lettres vont en effet au-delà du formulaire puisqu’on y voit des femmes qui se mettent à parler de leur désir physique et de leur savoir qu’elles revendiquent notamment par la représentation d’un apprentissage au terme duquel la femme argumente pour répondre aux assiduités d’un amant voire l’éconduire.

Joséphine Ravix répond que l’ordre des trois œuvres obéit à une gradation pour aboutir à un texte où la femme parle de son utérus / ventre. On ne trouve que 6 femmes à l’initiative des lettres dans l’ensemble du recueil qui reprend le schéma de séduction. Plusieurs femmes prennent la parole, mais on pourrait parler de ventriloquie.

Lise Wajeman faire remarquer qu’il y a une question de traduction pour le mot « utérus ». Il faudrait regarder dans des traités anatomiques de l’époque. Certaines traductions proposées peuvent être revues.

Adrienne Petit poursuit en évoquant le genre des secrétaires, des recueils de lettres qui semblent plus tardifs et qui regroupent des modèles de lettres. Elle demande si d’autres exemples sont connus pour cette époque.

Joséphine Ravix ne le sait pas mais précise que Blaise de Vigenère est l’auteur d’un de ces types de recueils.

Adrienne Petit s’enthousiasme en disant que par rapport à ce qu’elle connait, c’est incroyable. En français, le premier recueil de lettres date du XVIIème. Est-ce qu’il fait parler les femmes ou est-ce qu’il aide les femmes (en tant qu’écrivain publique) à parler ? La question renverse la perspective de la ventriloquie.

Joséphine Ravix précise que c’est une œuvre compliquée à prendre en main. Les échanges sont très asymétriques. On trouve des embryons de nouvelles sur le désir féminin, suivant le modèle des Héroïdes. On trouve par exemple une invocation à Apollonius de Tyane. L’auteur est ambivalent sur la question de la ventriloquie.

Adrienne Petit affirme que la destination de l’ouvrage réoriente la valeur de la ventriloquie, toujours suspecte d’instrumentalisation. Dans ce cas, c’est le contraire, il se met au service des femmes pour leur donner le moyen de refuser.

Joséphine Ravix répond qu’il se met aussi au service des hommes pour les stratégies de séduction.

Lise Wajeman poursuit en disant que l’ensemble des lettres offre un tableau social varié.

Adrienne Petit propose que pour faire apparaître l’originalité du recueil il faudrait faire apparaître un ou deux secrétaires italiens.

Sophie Hache précise qu’en français, le secrétaire d’Etienne du Tronchet qui date de 1572, est le premier en France.

Sophie Hache commente l’article d’Hina Ghulam qui porte sur un très beau corpus : les conversations de Madeleine de Scudéry et plus particulièrement sur deux passages, un dans la conversation « Sur la magnanimité », et un autre tiré du passage « Sur la douceur ». Les deux textes proposent une réflexion sur les qualités en tant qu’elles sont liées au genre. La douceur est-elle une qualité proprement féminine ? Ce n’est pas forcément de la polémique mais une réflexion argumentée dans le dialogue. Interviennent des hommes et des femmes. Dans « Sur la douceur », deux hommes s’opposent, l’un pour dire oui, la douceur est une vertu féminine, l’autre le corrige. On peut noter le caractère polyphonique de la réflexion qui propose une discussion sur les stéréotypes.

Dans une perspective moderne,  les qualités sont spécifiques au genre mais de façon quasiment génétique. On peut parler d’un capital génétique identique au départ mais dont l’expression varie en fonction de l’environnement. Il faut lier cela à la posture éthique de celle qui va parler et évoquer une véritable mise en acte où la locutrice affirme : « je suis une femme et précisément je ne suis pas douce ». Il faut distinguer l’explicite et l’implicite et lier la posture énonciative à l’évocation des clichés.

Hina Ghulam précise qu’elle avait rédigé un passage sur la question du mariage qu’elle a finalement coupé.

Adrienne Petit répond que le mariage est une question déjà très étudiée avec une vaste bibliographie aussi sur des questions historiques. Elle annonce aussi un colloque organisé par Marianne Closson sur le mariage aux XVIe et XVIIe siècles en décembre prochain à Artois.

Sophie Hache poursuit en disant que l’auteur affirme, à travers le dialogue, une thèse. Ce qui est intéressant, c’est d’étudier les nuances car elle prend le contre-pied des stéréotypes. Par exemple, sur la question de la langue, grâce au e muet, on affirme une le français est une langue féminine et douce et il faut voir jusqu’où va l’association entre douceur et féminité à ce propos.

Hina Ghulam ajoute que le recueil crée aussi des réflexions chez le lecteur.

Sophie Hache propose d’introduire une bibliographie sur la question de la douceur (notamment Le doux aux XVIe et XVIIe siècle. Ecriture, esthétique, politique, spiritualité, Cahiers du GADGES, n°1, 2003)

Adrienne Petit note qu’en lisant les deux articles de Sophie Hache et Hina Ghulam se lit un écho sur la question de la magnanimité et du courage. Il s’agit d’un stéréotype ambivalent qui n’est pas nécessairement philogyne. On pourrait parler de partage des qualités associées à chacun des deux sexes. La question de l’exceptionnalité est au cœur de l’article de Séverine Tarantino (pour rappel, Laura Cereta réfute la question de l’exceptionnalité). Dans ce cas précis, on note une dimension revendicative dans les conversations qu’Hina Ghulam étudie. La magnanimité n’est pas réservée aux femmes illustres. Chez Fléchier, en revanche, la thèse de l’exceptionnalité demeure très forte.

Sophie Hache répond que chez Fléchier, c’est le modèle biblique qui domine. La femme forte n’est pas une femme qu’on voit dans la vraie vie mais dans l’histoire. Cela permet de proposer des modèles inaccessibles, et non philogynes.

Joséphine Ravix trouve intéressant de le lier cela à la question de la généralisation. Ici c’est l’inverse, la magnanimité n’est pas réservée aux femmes illustres, il n’y a pas de raisonnement cloisonné.

Adrienne Petit ajoute que la question de l’égalité n’est pas seulement entre les sexes mais aussi entre illustre et non illustre.

Sophie Hache précise qu’une femme illustre comme la reine de Babylone présente des vertus qui peuvent être féminines, tout le monde peut être magnanime.

Thibault Catel rappelle que la magnanimité est une vertu pour le politique chez Aristote dans l’Ethique. La douceur n’est pas une vertu selon Scudéry. Dans le discours aristotélicien, la douceur est présentée comme un exercice conditionné à une certaine manière d’être ou comme une vertu liée à des qualités féminines, une vertu ornementale, ostensible, à la manière des autres ornements, une vertu sociale. Il demande s’il y a un un sous texte aristotélicien. Pour éclairer la question de la généralisation et du rapport à la singularité il faut prendre en considération le fait que si les femmes ne sont pas magnanimes, c’est qu’elles n’ont pas d’espace pour l’expression de cette vertu.

Hina Ghulam propose d’évoquer une gradation de vertu à qualité.

Thibault Catel demande s’il s’agit d’une qualité au sens social. Chez Aristote la vertu n’est pas morale, ce qui l’intéresse se sont les mécanismes de production de valeur dans un corps et une société donnée.

Adrienne Petit remarque que ce sous texte philosophique est très intéressant.

Sophie Hache conseille de regarder quelques traités de morale, et surtout de regarder l’histoire des termes employés dans des traités à la même époque.

Adrienne Petit propose le traité de Jacques Du Bosc, L’Honnête femme de 1630 où il est question du courage des femmes.

Sophie Hache rappelle que « magnanimité » n’est pas un terme très français à cette époque. Il faudrait pister le lexique pour aller chercher le sous-texte.

Adrienne Petit répond que dans Les Passions de l’âme de Descartes, la générosité, dans un sens proche de courage, est l’une des passions les plus importantes. Il faudrait réinsérer un peu plus de citations dans l’article, en notes éventuellement.

Thibault Catel commente l’article d’Emilie Picherot qui propose une analyse comparée de deux traités : celui d’Agrippa, et celui de Postel. Le point de départ est celui d’une lecture qui délégitime les arguments philogynes avancés dans les textes. Emilie Picherot suppose dans son article que Postel a lu Agrippa. Les deux traités sont philogynes mais le traité d’Agrippa pose problème. Il a été lu comme un jeu érudit, comme l’amusement d’un humaniste sans conséquence or il faut réaccorder du sérieux à ce qui n’était pas qu’un jeu rhétorique.

Le traité de Postel est en fait éclairé par un texte postérieur évoqué dans l’article. La philogynie de Postel repose sur son expérience d’immutation qui lui permet d’accéder à un monde restitué grâce à Jeanne, Christ femme, qui vient accomplir la perfection divine. Il s’agit d’une analphabète qu’il a rencontrée dans un hospice à Venise.

On trouve des points communs entre les deux auteurs qui sont deux érudits liés à la kabbale. Il faut peut-être établir un lien entre sciences occultes, kabbale et philogynie, qui oblige à pousser un peu plus loin que les évidences. L’article propose une sociologie des auteurs Agrippa et Postel qui n’ont pas d’assignation institutionnelle fixe et gravitent autour de centres de pouvoir. La fragilité de la position sociale peut expliquer les positionnements idéologiques contre les discours dominants. On pourrait parler de positionnement hétérodoxe.

Ce n’est pas la réparation sociale qui intéresse Agrippa mais de déconstruire le système de légitimation du discours misogyne, qui repose sur une répétition des mêmes lieux. Agrippa, retourne les arguments misogynes et prouve, par-là, leur réversibilité. Il propose par exemple un jeu d’onomastique sur Adam, Eve qui met en évidence la primauté de des femmes dans un retournement des arguments inverses ce qui prouve leur faiblesse logique. Valeur philogyne n’est pas à associer au contenu mais à la forme même de la déclamation qui n’irait pas dans une forme de suspension du jugement et ne se résume pas à l’aspect ludique du genre. Il sert à affirmer une thèse : il faut avoir un discours critique des discours misogynes. La publication du traité est contemporaine du De incertitudine qui est très proche sur ce point.

Les arguments d’Agrippa mettent en évidence les processus d’adhésion de groupe, les procédés de ralliement, l’habitude, le corps collectif (corps au sens sociologique). Agrippa encourage une méthode en acte plutôt qu’un plaidoyer et offre la possibilité d’un contre discours.

Le traité de Postel est très différent. Il propose une théologie très cohérente qui ne s’apparente ni au jeu rhétorique ni à l’humour et propose une conclusion géniale : tout humain est homme et femme.

Il s’agit d’une philogynie nettement théologique fondée sur l’écriture, qui reprend la centralité du Christ dans la réhabilitation de la femme. On trouve aussi une philogynie philologique grâce aux enquêtes lexicales (cf. Donation de Constantin). Les auteurs puisent dans des sources autres que le canon pour mettre en évidence la misogynie de l’Eglise occidentale. Postel s’appuie sur une répartition grammaticale misogyne :  tous les mots sont masculins (père, fils, saint esprit). Il met en évidence les origines linguistiques de la représentation genrée.

Le lien avec la misogynie est différent dans les deux textes. Il s’agit d’un lien rhétorique pour Agrippa qui montre qu’il s’agit d’un masque de l’idéologie. Pour Postel, la misogynie ne relève pas tant d’une rhétorique que du résultat d’une théologie défaillante, c’est parce qu’ils ne sont pas assez savants qu’ils sont misogynes. La charge polémique moins forte de la part de Postel.

Les deux auteurs ont en commun l’idée que la misogynie procède d’une forme de confort de la pensée et d’un manque d’esprit critique.

Trois pistes peuvent être avancées :

  • La philogynie est un discours d’audace en lien avec la notion de paresia, ce qui marche avec le texte d’Agrippa, qui se présente comme un jeu anti-rhétorique, il demande de s’opposer à la doxa et ne pas prendre pour argent comptant les lieux communs du discours
  • Le lien avec l’hétérodoxie religieuse, ce qui est intéressant pour les deux auteurs
  • Un réexamen des discours dominants d’autres dont les auteurs sont d’extraction basse, contre-discours et contre-public
  • La question de la migration géographique : est-ce que plus on migre plus on est enclin au relativisme culturel ?

Sophie Hache poursuit en disant que les individus peuvent changer en fonction de leur âge. Dans le cas de Descartes c’est très important, il aborde des questions très médicales, rédige des lettres, des questionnements et de nombreuses conversations. Il faut prendre en compte les avancées scientifiques, ce qui explique les hypothèses d’explication. Descartes lui aussi veut sortir des stéréotypes.

Émilie présente l’article de Michèle Rosellini et d’Adrienne Petit qui étudie des textes, généralement lus comme misogynes ce qui induit une hésitation quant à un possible contre-sens. Un des arguments repose sur l’idée qu’il faut assumer une certaine subjectivité dans la lecture, un caractère situé de la lecture. La réécriture de Boccace est un bon exemple, la toute dernière partie de ce texte est en effet la réécriture d’une nouvelle. L’histoire dite « Du dibale en enfer » est celle d’une jeune femme bernée par un ermite qui opère le passage de la littérature savante à la littérature populaire. Chez Boccace, c’est un homme qui raconte l’histoire, la jeune fille se voit moquée au contraire de ce qui se passe dans les chambrières où il y a une transmission de l’expérience. On ne rit pas contre mais on rit avec. Adrienne Petit rejoint Lise Wajeman sur ré-énonciation de l’histoire tragique à propos de la réception de Boccace. Il s’agit de la question du rapport de force entre homme et femme.

Sophie Hache poursuit en disant que l’article montre que c’est ambigu et quasiment indéterminable sauf en prenant des postures de lecture, cela ne peut pas être dit dans l’absolu. On ne peut pas conclure, ce qui est la preuve d’une grande justesse intellectuelle. Là encore, on peut parler de réversibilité. Les questions de transmission entre femmes, de sororité sont importantes.

Sophie Hache poursuit en affirmant que cette ambiguïté est constitutive, rire avec ou rire contre.

Joséphine Ravix évoque la présence d’un espace non mixte et du thème de la sororité. Test de Bechdel propose lui aussi d’être attentif à la présence d’un espace non mixte.

Adrienne Petit précise que certains textes anciens rendent compte d’une expérience de femme très actuelle en dépit de l’orientation idéologique de l’ensemble et qu’il s’agit d’un sentiment de lecture dont il est difficile de se déprendre. On peut citer l’exemple de la description de l’endométriose par Gratien du Pont. Il est difficile de traiter ce décalage énorme entre la manière dont on reçoit le texte et l’orientation globale du texte.

Lise Wajeman remarque qu’il serait intéressant, thématiquement, de faire de cette question de l’humour (rire contre / rire avec) une question centrale. Elle évoque le dessin de Dürer qui met en scène des femmes au bain ou les ouvrages de L’Arétin. Est-ce légitime de faire une lecture philogyne de ces œuvres ?

Adrienne Petit remarque que dans le texte qu’elle étudie, il n’y a pas de remise en cause, mais il s’agit de dénoncer les figures d’autorité, par exemple lors de l’opération de « décrottement ». Dans le texte de Billon, on note la présence de la chambrière décrite de façon positive (trois occurrences), comme dans l’Heptaméron, où l’on trouve aussi des histoires de chambrières subissant la violence des hommes. La chambrière est une figure qui cristallise ces questions sur la condition des femmes.

Adrienne Petit commente l’article d’Irène Salas qui repose sur un corpus de 4 textes, fin 16e début 17e siècle et qui pose la question de la médisance dans les œuvres d’Artus Thomas et Jean Pallet. On est face à une discussion polémique, Artus Thomas répond à un des textes de Jean Pallet. Thomas est un des auteurs possibles de l’Ile des Hermaphrodites où on lit une critique du pouvoir. Il s’agit d’un sujet plus politique. Le texte est une critique de la débauche et de la décadence.

Irène Salas précise que ces textes se placent dans l’optique de la Contre-Réforme : il faut renforcer les rangs pour lutter contre les protestants. Artus Thomas se présente comme un défenseur des dames.

Adrienne Petit précise que l’Ile des hermaphrodites a beaucoup circulé dans les milieux protestants.

Dans l’article, Irène Salas met en évidence deux philogynies différentes :

  • Une philogynie liée à la figure de l’honnête femme
  • Une philogynie licencieuse et libertine qui repose sur l’invitation à une émancipation sexuelle

On peut se demander si la philogynie libertine est vraiment philogyne.

Irène Salas propose de le lire au second degré ou comme un paradoxe. Il s’agit d’un texte anonyme explosif mais un texte de Marie de Romieu trente ans plus tôt dit la même chose. On peut noter un faisceau à la fin du siècle qui met en évidence une révolution discrète des mœurs est en marche.

On peut remarquer une forte résonnance avec l’article de Frank Greinersur la question de la réputation.

Adrienne Petit propose de voir l’anthologie sur la médisance de Marie de Gournay édité par Constant Venesœn. La question de la réputation est à approfondir.

Irène Salas suggère qu’il faut creuser la question de l’honneur en rapport avec l’article de Frank Greiner.

Adrienne Petit remarque que le texte de Jean Pallet semble très imprégné d’amour courtois, et qu’il présente un enjeu sur la discrétion en développant le thème du secret.

Irène Salas précise qu’il s’agit en effet de l’enjeu courtois de la discrétion et de l’indiscrétion. La complicité d’un amant doit protéger la dame. Pallet est un médecin. Les médecins sont parfois émancipateurs pour les femmes qui s’intéressent au corps féminin et se montrent empathiques envers les femmes. De plus, sur la procréation, on pense qu’il faut que la femme ait du plaisir pour tomber enceinte, ce qui met cette question au centre des préoccupations médicale.

Lise Wajeman précise que l’idée vient de Gallien.

Irène Salas poursuit en affirmant que Pallet est dans cette veine-là.

Adrienne Petit demande à Irène Sala comment elle a choisi les textes.

Irène Salas répond qu’elle aimerait faire l’édition du texte de Qu’il est bien séant que les filles soient savantes puis celui de Pallet. Ils ont les mêmes éditeurs.

Adrienne Petit met en avant la question de l’éducation et de l’émancipation sexuelle en demandant si les textes libertins sont philogynes. Par exemple, l’analyse de la question de l’adultère nécessite un effort de contextualisation.

L’article de Frank Greiner porte lui aussi sur la défense de la réputation du sexe féminin. Il présente une évolution sociale qui explique que si dans le fait divers la demoiselle se rend justice elle-même cela est lié à l’interdiction des duels donc à un vide coutumier : cette femme est acculée à se faire justice elle-même. Cela est contemporain d’un effondrement des valeurs chevaleresques et aristocratiques associées à l’honneur. La polémique autour des médisants peut se comprendre de cette façon, en lien avec l’interdiction des duels.

Adrienne Petit évoque un corpus très divers sur lequel s’appuie l’article de F. Greiner: une fiction qui reconfigure le fait divers en donnant une autre fin à l’affaire, un roman philogyne La Floride précédé d’une adresse aux dames et des petits traités sur la question de l’éducation des femmes. Très peu de corpus proposent des cas d’engrenages polémiques mais corpus de Frank Greiner le fait. On note une philogynie polémique qui répond à une misogynie et qui fait la place à la question du point de vue.

Il s’agit de renverser la culpabilité de la femme et de la renvoyer aux personnages masculins. On ne retrouve pas d’arguments émancipateurs, les textes philogynes le sont d’un point de vue de la réputation des femmes. On peut relever une réflexion intéressante : la fiction peut se saisir des questions sociales et de la polémique, ce qui rappelle les tribunaux d’amour dans les romans pastoraux (comme le propose le personnage de Marcelle dans la première partie de Don Quichotte). Dans la littérature courtoise, la pratique du tribunal d’amour est à lier à un phénomène de société. Dans le cas de ce corpus, c’est dans le débat public que la question du sort de cette femme est posée.

Irène Salas revient sur le titre de l’ouvrage de Jean Pallet, L’exhortation aux dames contre le point d’honneur et s’interroge sur le degré d’ironie qu’il contient. Il s’agit peut-être de démystifier la notion d’honneur.

Conclusion

La question de l’humour est particulièrement importante pour nous. On peut remarquer l’ambivalence de la réception Agrippa par exemple et il faudrait revenir sur le balancement rire avec / rire de.

Sophie Hache précise qu’elle n’est pas d’accord avec l’ambivalence axiologique du motif de la femme forte (celui est clairement misogyne).

Pour Sophie Hache et Hina Ghulam, la philogynie des textes qu’elles étudient est relative et repose sur la question de la différence entre l’homme et la femme. Fléchier y répond en évoquant les qualités associées aux genres.

Adrienne Petit précise que pour Scudéry ce n’est pas forcément du différentialisme.

Sophie Hache propose de parler de différentialisme en contexte et rappelle l’idée de l’expression du gène.

Lise Wajeman répond que la philogynie des Précieuses est une philogynie différentialiste.

Adrienne Petit précise que chez Scudéry, il est aussi question des usages et coutumes donc d’une différence culturelle mais non fondée en nature.

Sophie Hache répond que pour Fléchier, c’est ce mode des salons qui lui plait, l’esprit de conversation avec le goût des usages. Il évoque des qualités propres aux femmes qui sont de belles qualités qui intéressent.

Irène Salas évoque le texte de Marie de Romieu de 1570 qui met en scène un dialogue de deux femmes qui discutent comme dans le texte de Pallet et développe une idée de sororité/

L’amitié semble en effet une entrée thématique intéressante

II. Sur la série

Il faut procéder à la définition d’une ligne éditoriale. Il s’agit d’une série dans laquelle on peut publier des textes philogynes de toute nature et de tous genres.

Deux projets sont actuellement prévus Les très merveilleuses victoires des femmes du nouveau monde de Postel sera la première édition.

La série doit se démarquer de la nouvelle collection « Cité des Dames », nous devons nous positionner par rapport ce qui est fait dans cette collection.

On propose une modernisation de l’orthographe et de la ponctuation. De ne noter les variantes que si c’est intéressant.

Irène Salas a l’idée de textes d’une trentaine de pages et demande si elle peut envisager de mettre les quatre en intégralité.

Adrienne Petit et Blandine Perona proposent de rééditer les textes philogynes de Gournay en rendant justice à l’érudition du texte, en restituant ce texte dans la tradition philogyne (cf. discours sur l’excellence de l’homme). Les traités sur l’excellence de la femme sont à lire en regard avec cette tradition. Une autre idée que se propose Adrienne Petit serait d’éditer certains des textes de la Querelle de l’aphabet de 1617. C’est la fin de la querelle contexte de la régence de Marie de Médicis.



Citer ce billet
Emilie Picherot (2024, 12 avril). Compte-rendu de la JE du 15 mars. Philogynie polémique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://philogynie.hypotheses.org/805

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.