Philogynie polémique

Argumentaire

L’attention à la misogynie littéraire, et plus particulièrement celle de la Première modernité, est ancienne et elle a construit l’idée que la littérature de cette période était, de façon écrasante, écrite contre les femmes. S’il n’est pas question de revenir sur ces conclusions, il est intéressant de voir de quelle manière cette misogynie institutionnelle, culturelle et majoritaire constitue un discours pris dans une polémique qui implique un autre point de vue et des textes contradictoires.

La littérature philogyne, moins connue, moins diffusée et moins étudiée existe et elle n’a pas attendu les mouvements féministes des XIXe, XXe et XXIe siècles pour se développer. Dès le XVe siècle, autour de ce que l’on appelle la « Querelle des femmes », initiée notamment par Christine de Pizan qui répond à la misogynie du Roman de la rose de Jehan de Meung, un discours philogyne se construit en rapport avec ce que la littérature majoritaire fait du rôle des femmes, dans la société comme dans différents domaines des arts et du savoir. La veine philogyne se poursuit au XVIe siècle et certains auteurs et autrices (Cornelius Agrippa ou Guillaume Postel) élaborent une forme d’humanisme inclusif qui met en question la hiérarchie des genres et incitent à repenser la place des femmes. Héritier de cette tradition ou réinventant une philogynie propre, le siècle suivant s’empare lui-aussi de la question.
Dans l’ensemble de ces textes, les arguments philogynes sont des réponses à des arguments ou des représentations misogynes. Nous proposons d’étudier la virulence des débats, ce qu’ils impliquent en matière de construction collective des représentations et leur répercussion dans la littérature de leur temps. La veine philogyne, vérifiée tout au long de la période, est minoritaire mais elle n’est pas toujours marginale : certains hommes proches des sphères du pouvoir y participent, certaines femmes aussi, éclairées et instruites.
            À la suite du travail de Renée-Claude Breitenstein et de son équipe, dont l’anthologie (Éloges collectifs de femmes de la renaissance française, PU Satin-Etienne, 2021) fournit un précieux outil de travail, cet appel propose d’exhumer d’autres textes et d’étudier le corpus sous l’angle de sa mise en perspective polémique. On s’attachera ainsi à constituer une anthologie plurilingue de textes philogynes rédigés sur une période longue, de Christine de Pizan jusqu’aux œuvres de Poulain de la Barre. La constitution de ce corpus de travail sera l’occasion d’interroger la diversité des positions et arguments philogynes, au gré des époques, des lieux et des types de discours (théologiques, juridiques, médicaux, philosophiques ou littéraires) dans lesquels ils s’inscrivent. Il s’agira, dans le même temps, de faire apparaître les liens de filiation et d’intertextualité, à quelque niveau que ce soit, par la mise en série et en réseau des textes.
La réflexion pourra s’articuler autour de trois axes principaux :
1. Rhétorique et histoire des formes
            La mise en réseau polémique est essentielle, il faudra ainsi mettre en évidence de quelle manière le discours philogyne est un discours « contre » et qu’il s’applique à reprendre et à retourner des arguments particulièrement violents à l’encontre des femmes. Quelles stratégies de légitimation ou d’autorisation développent-ils ?
            À quel genre de discours (éloge, déclamation, plainte, exhortation etc…) appartiennent-ils ? quels dispositifs énonciatifs mettent-ils en place ?
2. Poétique et intertextualité
            La fiction narrative, la poésie, le théâtre interagissent avec le discours en donnant la parole à des personnages féminins ou en insérant des digressions idéologiques sur la question de la place des femmes.
            On s’intéressa aux phénomènes de circulation et de transferts culturels par la reprise de séquences textuelles d’arguments et de lieux communs ; de même, les supports et modalités de publication peuvent être mis en valeur : sont-ils dissimulés à l’intérieur d’un autre texte ou d’un recueil, occultés ou au contraire exhibés par différents procédés (dispositif énonciatif, publication, publicité etc…).
3. Histoire des idées et des représentations
            Croisant différents domaines de la vie sociale notamment religieux, politique, juridique et médical et confrontés à la censure, les productions philogynes dessinent un espace d’expression dont il reste à tracer les contours, des textes théoriques aux textes de fiction.
            Afin de mieux réfléchir à ces questions et parce que nous ne sommes pas tous spécialistes des mêmes objets, nous proposons d’organiser la discussion sous la forme d’un atelier de lecture collective lors duquel chacun.e présentera un groupement de textes.
Première étape : DECEMBRE 2022
Si vous voulez participer, vous pouvez nous envoyer, pour décembre 2022 :
Deux textes ou plus, tapés ou accessibles sur internet : il faut que l’ensemble soit relativement court, les extraits sont bien entendu envisageables et les textes en langue étrangères traduits (au moins pour partie). Idéalement, il s’agira de textes déjà en rapport l’un avec l’autre (un traité et une fiction, deux traités qui se répondent, des productions en rapport intertextuel – sources, citations, références…–, des rapports de censeurs, des réélaborations génériques…).
Une notice de contextualisation (d’une à deux pages).
Une bibliographie courte sur les textes en question.
Deuxième étape : vendredi 3 février 2023
La première journée d’étude se déroulera le vendredi 3 février 2023, le temps que chaque participant puisse lire les textes et présentations des autres. Le jour dit, nous nous retrouverons à l’université de Lille. Chaque participant proposera une présentation d’une vingtaine de minutes à propos du texte choisi et chacun pourra réagir aux questions soulevées. L’objectif n’est pas, à cette date, de fournir un article immédiatement publiable mais un ensemble de pistes de réflexion afin de mettre en commun notre travail.
Troisième étape : vendredi 26 mai 2023
La deuxième journée d’étude aura lieu à l’Université de Lille le vendredi 26 mai 2023.
Réponse de principe souhaitée pour le 30 octobre.
Personnes à contacter :
Adrienne Petit : adriennepetit@gmail.com
Emilie Picherot : emilie.picherot@orange.fr



Citer ce billet
adpetit (2022, 30 mai). Philogynie polémique. Philogynie polémique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://philogynie.hypotheses.org/284

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.